Afrique par ci, Afrique par là ....

Afrique par ci, Afrique par là ....

ROSSO, BOGHE, KAEDI le long du fleuve Sénégal , en Mauritanie

après une assez longue halte à Nouakchott, je pars vers Rosso, vers le fleuve.

en taxi-brousse. Pas d'autres moyens de locomotion dans ce coin de Mauritanie.

le but est une balade vers Selibaly, longer le Sénégal, puis partir avec Samba Diallo et sa famille dans leur village.

le séjour dans le village ne se concrétisera pas, je le regrette bien, l'accueil par la famille de Samba, à Nouakchott était si chaleureux que je me faisais joie de leur invitation. mais la famille a du rester à Nouakchott règler des problèmes d'achat de maison ... compliqué Incertain

 

donc finalement me voici en vadrouille de petite ville en petite ville, essayant de traquer le fleuve à tous les tournants.

 

 

 Rosso : le bac et la frontière vers le Sénégal

 

DSCN0149.JPG

le bac (deux le matin, deux le soir) qui fait la navette Rosso-Sénégal


DSCN0140.JPG

 


DSCN0142.JPG

 


DSCN0143.JPG

les piétons prennent aussi des pirogues pour traverser le fleuve


DSCN0146.JPG

 


DSCN0148.JPG

 

je suis entrée dans la zone du bac assez facilement, sans contrôle. En sortir aura été un peu moins soft .....

 

on m'interdit la sortie par le grand portail, et je dois me diriger vers la sortie officielle , comme si je venait du Sénégal... je donne mes papiers, explique que je ne viens pas d'outre-fleuve, que je suis à l'hôtel à Rosso, que je me promène pour découvrir ect ect .... toujours avec un grand sourire, les douaniers m'indiquent alors (après avoir épluché mon passeport)  une sortie impossible à trouver. Je ferai trois fois le tour et passerai trois fois à l'épluchage du passeport avec les mêmes douaniers goguenards.

finalement je trouve ladite sortie mais en fait, les douaniers me font tourner en bourrique : ils attendent manifestement le billet magique. Je fais l'andouille, je trainaille et profite de la sortie d'un groupe de femmes en méhalfa : je me glisse dans le groupe et sors enfin, en catimini,  de la "boutique" des arnaqueurs en puissance.

ouf ! rien n'a été bien méchant, mais ça irrite, tout de même.

 

je me demande pourquoi il n'y a pas encore de pont à cet endroit, la frontière est un entonnoir, un goulot d'étranglement, la file des camions attendant le passage est impressionnante.

faut être patient, en Afrique, je le sais, mais pour le commerce, ça ne doit pas être bien favorable.

 

je retourne à mon hôtel, pédibus, dans la soirée : le soleil baisse vite sous ses latitudes.

 

la ville est hélas particulièrement sale. constat fait dans toutes les villes de Mauritanie.

des sacs en plastique, des monceaux  de déchets alimentaires, des couches culottes merdeuses, des animaux morts, des emballages en tout genre.

les chèvres mangent là dedans...

un jeune gars me dira "tu vois, les chèvres mangent ces saletés, et nous on mange les chèvres? Comment veux-tu qu'on ne soit pas malade"

 

rosso3url.jpg

les tentatives de mises en place du prélèvement des ordures échouent les une après les autres : pas de lois allant dans ce sens, pas de rentrée des impôts, donc pas d'argent.

aucun effort des pouvoirs publics, aucune possibilité de rentabilité pour les initiatives privées.

il reste la bonne volonté des populations ....


rosso1url.jpg

 


rosso2DSC03866.jpg

 


rosso3DSC03804.jpg

 

je loge à l'hotel ASMAA (BOWBE) : bof bof, 10 000 UM, + le petit dej

 

je reprends la route dès le lendemain.

 

DSCN0181.JPG

villages le long de la route : des éleveurs de bétail pour la plupart.


DSCN0152.JPG

quelques rizières en bordure de fleuve.

j'ai été frappée par le peu de cultures sur la lit du fleuve Sénégal, fleuve à crues arrosant des terres propices à l'agriculture


DSCN0156.JPG

 


DSCN0158.JPG

 


DSCN0160.JPG

petits affluents du Sénégal


DSCN0162.JPG

 


DSCN0164.JPG

 


DSCN0166.JPG

le Sénégal


DSCN0169.JPG

de très grands troupeaux


DSCN0173.JPG

 


DSCN0174.JPG

 


DSCN0175.JPG

 


DSCN0176.JPG

 


DSCN0179.JPG

 

arrêt à Boghé

 

boghémarche436_001.jpg

 


Boghé.jpg

les paysages sont désertiques, autrefois, maintenant, ça se ressemble fort


Boghe_Village.jpg

les villages de khaïmas : moitié en dur : un plateforme de béton et des poteaux sur lesquels sont, soit tendues des toiles traditionnelles, soit posés des toits en tôles ondulées, peintes de couleur layette : bleu ciel, vert tendre, rose ...


boghé1url.jpg

les rues n'ont aucun charme dans les petites villes.

les villages sont beaucoup plus agréables


Boghe-Kaedi_Village.jpg

 

se restaurer à Boghé : la rue principale est entièrement livrée aux restaus de rue, des khaïmas ou l'on s'assoit sur tapis et matelas + coussins !

la khaïma où je m'arrête en tellement basse qu'en voulant y entrer, je me heurte le front sur l'arrête en bois du toit : en 2 minutes, le sang coule , coule : mon visage et mon cou, mes lunettes sont pleines de sang. il faudra un seau d'eau pour laver tout cela, sous le regard héberlué des passants : touriste, femme solo, j'attirais les regards, mais tête en sang en +, c'était le pompon ! Embarrassé

ça me déstabilise, déja j'étais un peu en mode "où je suis où je suis" ... là, c'était parfait ! Surpris

un superbement bon et très copieux couscous poisson m'attendait : plus vraiment d'appétit, je vais remplir le ventre d'un petit talibé qui passait par là.

 

je poursuis vers Kaedi

 

DSCN0227.JPG

 


DSCN0224.JPG

 

kaedi1url.jpg

pas franchement appétissante, la visite de Kaédi

 

"c'est un assemblage hétéroclite et extravagant de planches, tôles ondulées, marchandises, hommes, femmes et bestiaux. Le tout chargé d'odeurs et de couleurs. Du vécu, de l'authentique, pas un touriste" (le routard Afrique de l'ouest 2013-2014) : je confirme ! Surpris


Kaedi_Poubelle.jpg

éternelles saletés en tout genre, partout, partout

 

.

mais il y a un petit centre ville sympa : ouf !


DSCN0219.JPG

 


DSCN0220.JPG

 

balade le long du bras du Sénégal

DSCN0185.JPG

 


DSCN0187.JPG

kaedi vu de la rive droite


DSCN0188.JPG

 

 

DSCN0182.JPG


.
.
DSCN0190.JPG

 

le soir tombe sur la ville, je rentre à mon bercail


DSCN0191.JPG

 

 

DSCN0221.JPG

  

ma crèche de deux soirs : hôtel FABOLY

10 000 UM la chambre, propre et bon accueil

l'hôtellerie "bas de gamme" est chère dans ce coin de pays (le double de ce que je payais à Nouakchott)


DSCN0192.JPG


DSCN0193.JPG

et le diner du soir : poulet frites oignons pain Clin d'œil bon ap'

 

 

mon impression après ce parcours est très mitigée : la forte impression de ne rien y comprendre.

la population est majoritairement noire, mais on ne retrouve pas du tout là la "générosité"  et la vitalité des populations des pays "plus bas" : Mali, Burkina, Togo, Bénin..

 

Je ressent une gène, une tristesse, y'a comme un quelque chose qui ne va pas bien. comme une "envie des autres" qui se serait perdue.

 

je l'attribue, peut-être à tort, à l'acculturation massive que vivent ces populations. Dominés de longue date par les maures blancs, leurs langues traditionnelles battues en brèche par l'arabisation forcée (mais manquée : on entend davantage parler hassanya, langues locales et ... français que l'arabe).

 

impression qu'en Mauritanie en Général, et dans ce sud en particulier, le bonheur est en panne.

 


.

 

 

 

 



12/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi